Fumeurs et papiers peints — trucs et astuces pour les pièces exposées à la fumée

À dire vrai, c’est un sujet controversé, qui est débattu avec véhémence, car « officiellement », fumer est mal vu de nos jours. Nous savons tous pourquoi, et les risques pour la santé liés au tabagisme ne sont pas un secret. Cependant, tous les amateurs de papier peint ne sont pas des non-fumeurs, et nous pouvons tous choisir de faire ce qui nous plait entre nos quatre murs — y compris fumer. Quoi qu'il en soit, les papiers peints subiront les conséquences de cette habitude, car la fumée se dépose sur eux et tôt ou tard, cela n’abîme pas seulement les motifs — l’odeur de nicotine colle aussi aux murs, et ouvrir les fenêtres n’est tout simplement pas suffisant pour à se débarrasser de ces substances malodorantes.

Les résidus de fumée se déposent sur la surface du papier peint, créant une patine brun jaunâtre qui absorbe la poussière et la saleté, ce qui conduit à un jaunissement permanent. Les murs et les papiers peints blancs (ou en grande partie blancs) peuvent présenter ce type de décoloration même après quelques mois — selon l’intensité et la fréquence du tabagisme.

Alors que peuvent faire les fumeurs pour protéger leurs papiers peints du point de vue de l’esthétique et de l’hygiène et éviter d’avoir à refaire la décoration tous les deux ou trois ans ? Et y a-t-il des types de papier peint qui résistent aux taches de nicotine et aux odeurs désagréables ?

D’abord, la mauvaise nouvelle : il n’existe pas (encore) de papiers peints pour les fumeurs disponibles sur le marché. Et maintenant la bonne nouvelle : des papiers peints qui ont des caractéristiques particulières peuvent permettre d’éviter une décoloration et un jaunissement rapides, on peut limiter les odeurs déplaisantes et satisfaire aux exigences concernant la sécurité.

La raison pour laquelle les papiers peints « jaunissent » à cause des résidus de fumée
La plupart des fumeurs ne savent même pas pourquoi leurs beaux papiers peints prennent une disgracieuse teinte jaune. Afin d’expliquer ce phénomène, il est important d’en savoir plus sur le principal ingrédient des cigarettes — la nicotine. La nicotine pure est incolore et liquide (à une température de moins 10 degrés Celsius). Dans les produits du tabac, la nicotine est contenue sous la forme d’une substance volatile, qui se dissout quand elle réagit avec l’humidité (par exemple dans l’air de la pièce). La lumière naturelle la transforme alors en un liquide brunâtre, visqueux, résineux qui adhère à tous les types de surfaces et — à cause de sa consistance gluante — attire la poussière et tous les polluants environnementaux.

Caractéristiques importantes pour les papiers peints dans des pièces où on fume
Alors, quels sont les papiers peints qui conviennent le mieux pour des pièces dans lesquelles on fume ? Il y a trois caractéristiques déterminantes :

1. La résistance à la lumière
La résistance à la lumière d’un papier peint est un facteur important en ce qui concerne les résidus de nicotine, et on conseille aux clients d’accorder une attention particulière à celle-ci quand ils choisissent leurs papiers peints. Plus le facteur de résistance à la lumière est élevé, moins les rayons UV à énergie élevée du soleil sont capables de réagir avec les pigments colorés du papier peint, empêchant ainsi le jaunissement lié à la lumière. Pour ce qui est de la résistance à la lumière, les papiers peints sont classés comme suit : résistance modérée à la lumière, résistance satisfaisante à la lumière, bonne résistance à la lumière, très bonne résistance à la lumière, excellente résistance à la lumière.

Les fumeurs devraient choisir un papier peint dans la catégorie « excellente résistance à la lumière ». Un autre facteur important, cependant, est que l’on ne devrait pas excéder l’humidité idéale autour de 40 % à 70 % (selon les spécificités et la température de la pièce), car l’interaction entre la lumière naturelle, l’humidité et la nicotine est responsable du dépôt de la nicotine sur les surfaces ou les papiers peints.

2. Facilité de nettoyage
Les papiers peints lavables et brossables peuvent être nettoyés avec un chiffon ou, selon la qualité de la surface, ils peuvent aussi supporter des traitements plus intenses. Parmi ceux-ci, il y a les papiers peints vinyles et PVC qui sont préalablement traités avec un revêtement synthétique. De plus, certains types d’intissés ont une surface lavable ou brossable, ce qui fait d’eux un bon choix pour les pièces dans lesquelles on fume. Quand vous nettoyez vos papiers peints, veuillez vous assurer de bien lire les recommandations sur l’étiquette avec les informations qui accompagne vos rouleaux de papier peint. Vous pouvez aussi trouver des explications détaillées sur la classification du papier peint pour le nettoyage dans le guide Papier peint lavable – Une solution propre sur notre blogue.

Les taches légères de nicotines peuvent être enlevées avec une solution de lessive diluée faite avec de l’eau tiède et du liquide vaisselle. Utilisez un chiffon doux non pelucheux et passez-le gentiment sur la zone concernée. Évitez toujours les agents de nettoyage chimiques qui contiennent de l'eau de javel, ou les produits nettoyants spécialement conçus pour la nicotine, car ils peuvent provoquer des réactions indésirables sur la surface de votre beau papier peint et l’endommager.

Essuyer vos murs avec un chiffon humide demande beaucoup de travail, mais l’utilisation d’un balai lave-sol avec des serpillières changeables (disponible dans toute droguerie ou quincaillerie) facilite ce travail. De cette façon, vous pouvez atteindre tous les recoins sans avoir besoin de monter sur une échelle.

Les papiers peints avec des surfaces délicates, par exemple les papiers peints en perles de verre, en fibres naturelles, les papiers peints floqués ou froissés ne conviennent pas pour les pièces où on fume. Selon le matériau, les résidus de nicotine se déposent en des structures de fines fibres et avec le temps provoquent une décoloration visible dans certains endroits. De surcroît, un « nettoyage humide » pose problème ou est même impossible.

Si la disposition de la pièce et l’effet de couleur désiré le permettent, nous vous recommandons de choisir une couleur plus foncée, plus riche, plutôt que des teintes claires ou pastel. L’utilisation de papiers peints plus foncés ou multicolores avec une faible proportion de blanc signifie que les décolorations ne seront pas aussi visibles — mais elles seront toujours présentes, c’est-à-dire qu’un nettoyage régulier est toujours important pour ce qui concerne l’hygiène et les odeurs.

Wallpaper-for-smokers

Leçon : sceller les surfaces du papier peint avec de la peinture latex transparente et des films protecteurs
Si seuls un papier peint traditionnel ou un papier peint avec une surface pareillement délicate peuvent convenir, il devrait toujours y avoir la possibilité d’ajouter une couche ou un revêtement protecteur lavables. L’accent est mis sur « devrait », car ce n’est pas garanti à 100 %.

La peinture latex est disponible dans le commerce et scelle la surface du papier peint, le rendant lavable. On peut l’appliquer avec un rouleau à peinture ou la pulvériser. La base de ces revêtements pour papier peint est généralement une dispersion d’acétate de polyvinyle. Cependant, la composition exacte peut varier d’un fabricant à un autre. Ceci signifie qu'un papier peint fait d’un matériau très délicat peut mal réagir à la couche protectrice. Selon le type de papier peint que vous aimeriez utiliser pour une pièce où on fume, une couche protectrice ne convient pas toujours, car elle pourrait endommager la surface. Par conséquent, vous devriez explicitement consulter les experts dans un magasin de bricolage avant de vous lancer dans ces opérations.

Une autre possibilité qui est de plus en plus populaire est l’utilisation de pellicules protectrices, que l’on peut appliquer sur de grandes surfaces. Elles ressemblent à des feuilles ou des films protecteurs adhésifs transparents, mais nécessitent une attention particulière, de la patience, de la main-d'œuvre supplémentaire et de l’expérience, c’est pourquoi vous devriez laisser les experts les poser (c’est-à-dire votre peintre ou décorateur). On peut acheter les pellicules protectrices au mètre dans différentes largeurs et elles rendront votre papier peint lavable.

3. Résistance au feu, protection ignifuge
Contrairement au papier peint pour les lieux publics, il n’y a pas d’obligations spécifiques en matière de protection contre l’incendie pour ceux dans les locaux d’habitation privés. Mais cela ne signifie pas que le risque potentiel d’incendie à cause du tabagisme devrait être négligé. Choisissez des papiers peints classés « ininflammables » afin de limiter le risque de propagation d’un incendie.

Comment protéger votre papier peint contre les résidus de nicotine et de tabac pour qu'il garde son aspect neuf et reste hygiénique le plus longtemps possible
À cause de sa consistance, la fumée est semblable à un serpent qui se faufile à travers n’importe quoi et trouve partout des endroits pour se déposer. Aucune surface n’est épargnée. Si vous voulez mettre des papiers peints imprimés, stylés et de grande qualité chez vous, la meilleure façon de les protéger est simplement d’éviter de fumer dans les pièces en question — par contre, c’est plus facile à dire qu’à faire ! Voici quelques trucs pour tenir la fumée à distance :

- Fumez dans l’encadrement d’une fenêtre ouverte afin que la fumée s’échappe directement.

- Immédiatement après avoir fini de fumer, enlevez les cendriers de la pièce.

- Fermez les portes des pièces adjacentes, car la fumée peut se répandre très facilement.

- Nettoyez régulièrement votre papier peint avec un chiffon humide. Les intervalles entre les nettoyages dépendent de l’intensité et de la régularité du tabagisme.

- Gardez l’humidité de l’air à un niveau idéal. Vous pouvez vérifier cela avec un hygromètre, qui est souvent intégré à une horloge murale. Si l’humidité est trop élevée, on peut y remédier par une aération fréquente et rapide avec les fenêtres grandes ouvertes. Veuillez vous souvenir que ce procédé est soumis à des paramètres spécifiques qui dépendent de la température intérieure et extérieure. Durant les chauds mois d’été, vous devriez toujours aérer votre maison pendant les heures fraîches du matin et du soir. Sinon, l’air chaud du dehors rentre à l'intérieur, ce qui peut amener de la condensation sur les murs intérieurs et augmenter l’humidité de l’air. Pendant les mois d’hivers, l’air chaud dans les pièces chauffées absorbe l’humidité comme une éponge. Ouvrir grand les fenêtres pendant 10 à 15 minutes permet à l’air chaud de s’échapper au-dehors. On peut utiliser un déshumidificateur quand l’humidité de l’air est extrême et que l’on ne peut pas y remédier simplement en aérant.

 
 

Écrivez un commentaire

 

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.